Home » les Femmes

les Femmes

1944 : Participation de la femme marocaine à la signature du manifeste de l’indépendance : Malika FASSI.

1958 : Elaboration de la Moudouwana, premier code du statut Personnel et successoral.

Le statut général de la fonction publique reconnaît le principe de tous les citoyens devant l’accès aux fonctions et emplois publics.

16 Oct. 1975 : Feu sa Majesté Hassan II annonce la marche verte pour la récupération de Sahara marocain et signale la participation de 10% de femmes soit 35.000.

1992 : Mobilisation des associations féminines en vue d’une réforme globale de la Moudouwana.

1992-1996 : Révision constitutionnelle qui consacre l’attachement du Maroc aux droits de l’homme (tel que universellement reconnu).

1993 : Révision du code du statut personnel aux chapitres de la tutelle matrimoniale, de la garde des enfants, de la polygamie et de la répudiation.

SAR la princesse Lalla Myriem est nommée par Feu Sa Majesté Hassan II, présidente des Œuvres Sociale des F.A.R.

1994 : Suppression de l’autorisation maritale pour l’obtention du passeport (circulaire du ministre de l’Intérieur).

1995 : Suppression de l’autorisation maritale pour l’exercice du commerce (Code du commerce).

Suppression de l’autorisation maritale pour la passation du contrat de travail (Dahir des obligations et des contrats).

1997 : Quatre femmes se voient attribuer par Feu Sa Majesté le Roi Hassan II le poste de secrétaire d’Etat.

1998 : Institutionnalisation de la question féminine par la création d’un département ministériel chargé de la condition féminine et de points focaux genre dans plusieurs départements ministériels.

2004 : nouvelle réforme de la moudawana, le code de la famille, par sa majesté le Roi Mohamed VI.

Le nouveau Code de la famille marocain, qui réforme en profondeur le statut de la femme, a été adopté le 23 janvier 2004. L’âge légal du mariage pour les jeunes filles est porté de 15 à 18 ans. Les femmes peuvent désormais se passer de la médiation (souvent symbolique) d’un tuteur matrimonial (le wali) pour se marier. L’épouse, qui selon l’article 36 de l’ancien Code du statut personnel, devait obéissance à son mari, devient son égal en droit. La famille est placée « sous la responsabilité conjointe des deux époux ». Le remariage du conjoint avec une deuxième femme et la répudiation verbale sont soumises à une autorisation préalable du juge. En cas de séparation, les biens acquis pendant le mariage sont partagés équitablement entre les deux partis et non plus répartis en fonction de leur utilisateur « habituel » ou des revenus respectifs de chacun. Les mineurs de 15 ans peuvent choisir leur parent de garde, ce qui met fin au statut dérogatoire des garçons, qui avaient cette possibilité dès 12 ans.

Associations marocaines pour le droit des femmes
L’Association Démocratique des Femmes du Maroc (ADFM) est implantée à Rabat, Casablanca et Marrakech. Elle oeuvre au quotidien pour la protection et la promotion des droits humains des femmes universellement reconnus.
www.adfm.ma
Association marocaine de lutte contre la violence à l’égard des femmes (AMVEF).
S o n c e n t r e d ’ é c o u t e d e Casablanca apporte un soutien adapté aux femmes victimes
de violences physiques ou morales.
37 bd Abderrahmane Sahraoui
(appt 6 – 5e étage)
Du lundi au vendredi de 9 h à 17 h
et le samedi de 9 h à 13 h
Tél. 05 22 26 86 67
www.amvef.org