Exposition « Vintage Spirit » de Thomas Saliot au Kechmara, du 20 septembre au 31 décembre 2011
20 septembre 2011 – 16 h 04 min | Un commentaire

Le café restaurant branché de Marrakech propose une nouvelle exposition jusqu’à la fin de l’année 2011, celle, dédiée au pop art, du peintre français Thomas Saliot.
Le travail contemporain de cet artiste s’inspire de ses voyages, de l’homme …

Lire l‚article en entier »
Atlantique Sud

Agadir, Tiznit, Sidi-Ifni, Tan-Tan, Dakhla

Casablanca, Rabat …

Casablanca, Rabat, Salé, Mohammedia

Côte Atlantique

Essaouira, Safi, Oualidia, El-Jadida

Haut-Atlas

Oukaïmeden, Toubkal, Ourika …

Marrakech

La ville a été fondée en 1069 par Youssef Ibn Tachfin, premier roi de la dynastie des Almoravides

Moyen-Atlas

Fès, Meknès

Nord du Maroc

Tanger, Asilah, Larache, Tétouan, Chefchaouen, Oujda

Sud du Maroc

Ouarzazate, le désert et l’Anti-Atlas

Home » Archives, Rabat

Mohamed Romain Ataallah à la galerie Bab Rouah de Rabat, du 17 décembre 2010 au 22 janvier 2011

Publié par le 9 décembre 2010 – 15 h 47 minUn commentaire
Mohamed Romain Ataallah à la galerie Bab Rouah de Rabat, du 17 décembre 2010 au 22 janvier 2011

Mohamed Ataallah est né à Ksar El Kébir en 1939.

C’est à l’âge de 15 ans qu’il suit les pas du grand artiste espagnol Mariano Bertuchi, le créateur de l’Ecole des beaux-arts de Tétouan en 1945, qui a initié les peintres marocains de l’époque aux techniques de l’art figuratif.

Mohamed Ataallah peint à ce jeune âge des paysages. Puis se laisse influencer par la peinture de grands impressionnistes, pour devenir à 19 ans, un peintre confirmé, fort de la singularité de son univers et de son style.

Son diplôme de l’Ecole des beaux-arts de Tétouan lui permet de voyager et de se former à Séville, Rome, Paris et Madrid.

De 1963 à 1968, il entame une nouvelle carrière d’inspecteur des antiquités des musées de Tétouan, de Tanger et de Larache. Son deuxième prénom, Romain, lui vient de cette période où il a beaucoup fouillé les vestiges de l’empire romain de la région.

Mohamed Ataallah était l’ami de nombreux artistes tangérois, avec qui ils formaient le « Salon de Tanger » où se sont exprimés les nouveaux courants de pensée et les expériences avant-gardistes de cette génération d’écrivains et de musiciens.

Entre 1968 et 1972, il enseigne à l’école des Beaux Arts de Casablanca, avant de partir s’installer en France, où il va rester 30 ans.

C’est en 2006, que l’artiste retrouve ses racines, d’abord à Marrakech, puis à Tanger.

Pour cette rétrospective, la galerie Bab Rouah de Rabat expose une cinquantaine d’oeuvres du « Module » de l’artiste qu’il décrit ainsi :

«La base de mon travail c’est la forme, le tracé, le délimité, le sujet. Ma démarche s’appuie sur l’introduction de graphismes de parties anatomiques comme transgression à la tradition prohibitive islamique posant l’interdit de reproduction de l’image humaine».

Ces oeuvres visuelles s’inspirent de l’art islamique et de l’architecture. Dans un carré, il y a de l’espace. Dans l’espace il y a du graphisme.

C’est en 1970, qu’il remplace le tableau classique élaboré sur chevalet par ce concept.

GALERIE BAB ROUAH
1, avenue de la Victoire
Rabat
Tél. : +212 (0)5 37 70 05 30

Un commentaire »

  • Esteban dit :

    Bon jour mon copain, je suis au Venezuela et je me souviens de toi, l expose dans ta galerie de Caen, bon journée et j espere que tu vas voir ce comentaire, je continue á travailler
    Esteban Castillo

Laisser un commentaire!

Ajoutez votre commentaire ici, or trackback de votre propre site. Vous pouvez aussi inscrivez vous à ces commentaires par fil RSS.

Soyez gentil. Keep it clean. Stay on topic. No spam.

Vous pouvez utiliser ces tags:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

blog.