Exposition « Vintage Spirit » de Thomas Saliot au Kechmara, du 20 septembre au 31 décembre 2011
20 septembre 2011 – 16 h 04 min | Un commentaire

Le café restaurant branché de Marrakech propose une nouvelle exposition jusqu’à la fin de l’année 2011, celle, dédiée au pop art, du peintre français Thomas Saliot.
Le travail contemporain de cet artiste s’inspire de ses voyages, de l’homme …

Lire l‚article en entier »
Atlantique Sud

Agadir, Tiznit, Sidi-Ifni, Tan-Tan, Dakhla

Casablanca, Rabat …

Casablanca, Rabat, Salé, Mohammedia

Côte Atlantique

Essaouira, Safi, Oualidia, El-Jadida

Haut-Atlas

Oukaïmeden, Toubkal, Ourika …

Marrakech

La ville a été fondée en 1069 par Youssef Ibn Tachfin, premier roi de la dynastie des Almoravides

Moyen-Atlas

Fès, Meknès

Nord du Maroc

Tanger, Asilah, Larache, Tétouan, Chefchaouen, Oujda

Sud du Maroc

Ouarzazate, le désert et l’Anti-Atlas

Home » Maroc

Les traditions du mariage marocain

Publié par le 11 mai 2010 – 11 h 56 minPas de commentaire
Les traditions du mariage marocain

Le mariage, qui varie en fonction des régions, était de coutume organisé par les deux familles entre elles.

L’acte de mariage, souvent simple contrat oral, se faisait généralement chez le père du futur époux en présence de l’aadoul et de deux hommes de confiance, des témoins. Tous attestaient du montant de la somme remise à la future mariée. Cette somme servait exclusivement à la future épouse, pour l’aider à constituer son trousseau, acheter des tapis, des bijoux.

Une fois le contrat établi et la somme remise au père de la future mariée, les deux familles convenaient d’une date pour la célébration du mariage. Ce passage marquait la fin des fiançailles.

Cinq jours avant la cérémonie, le jour du déménagement, la chambre nuptiale chez le futur marié était aménagée. Cette journée finissait en musique grâce aux musiciennes (tbbalat) chez les deux familles.

Le lendemain était le jour dit de l’embellissement ou jour des matelas, la chambre nuptiale était décorée de sofas, coussins, rideaux, étoffes brodées et tentures. L’alcôve nuptiale (dakhchoucha) était cloisonnée à l’aide de matelas.

La mariée, elle, devait se rendre au hammam, accompagnée de ses proches parentes, afin d’effectuer les ablutions rituelles, aux sons des chants et des louanges au Prophète et des youyous.

Le père du marié se faisait prêter une maison voisine (dar islan) qui allait abriter pendant la fête le futur marié et ses amis, jusqu’à la nuit de noce. La maison nuptiale portait le nom de dar el orss.

La veille du mariage, c’est la soirée du henné pour la mariée, en présence des femmes de sa famille. Une hennaya dessine des motifs symboliques sur les mains et les pieds de la mariée, en guise de porte-bonheur pour sa nouvelle vie.

Pendant la nuit du mariage, ou nuit de l’arrivée (lilet e-dkhoul), trois fêtes étaient organisées dans chacune des trois maisons, les deux maisons familiales et la maison voisine où se trouvait le marié et ses amis.

Ensuite le cortège nuptial se formait, avec en tête, les hommes de la famille du marié, la mariée avec cinq ou six parentes habillées pareille et les parents de la mariée, pour conduire la jeune fille au seuil de la chambre nuptiale.

Tard dans la nuit, le futur époux, revêtu de la djellaba et du burnous, accompagné de ses amis, allait rejoindre la mariée dans la chambre nuptiale.

Une fois le mariage consommé, le marié donnait à son louzir (un proche ami chargé de l’accompagner tout le temps de la cérémonie) le caleçon de sa femme taché de sang afin de le présenter aux familles.

L’après-midi était consacré à l’ouverture des cadeaux.

Le cinquième jour, la mariée était habillée plus simplement, et présentée aux invités sans maquillage.

Le septième jour sonnait la fin du mariage, et le jeune couple pouvait alors commencer leur vie commune.

_______________________

Aujourd’hui, le mariage marocain ne dure que 3 jours au lieu de 7 autrefois. Et de plus en plus, pour raisons économiques, toutes les festivités comme le henné, la fête et la signature de l’acte se font sur un seul jour.

L’aadoul établit l’acte de mariage en présence des futurs époux et de leurs parents, suivi d’une lecture du Saint Coran.

Dans la soirée, c’est la cérémonie du henné. La fiancée se fait poser le henné sur les mains et les pieds, pendant que les femmes chantent et dansent sur des musiques traditionnelles.

Le lendemain, c’est le jour du grand mariage.

Les mariés sont présentés aux invités juchés sur des plateaux en bois décorés (ammariya) accompagnés de danseurs et chanteurs traditionnels (dkaykiya), qui les portent sur leurs épaules.

Les fiancés s’installent sur un canapé richement décoré, face aux invités. La mariée changera sept fois de tenues, aidée des marieuses (negafas, qui fournissent les robes et les bijoux). Les invités peuvent prendre des photos avec les mariés à chaque changement de robes.

Au cours de la soirée, thé et gâteaux sont servis aux invités, avant le dîner généralement composé de deux plats.

La célébration du mariage se termine souvent très tôt le matin.

Le lendemain, les deux familles réunies amènent chez les jeunes mariés le petit-déjeuner et les cadeaux des invités.

Laisser un commentaire!

Ajoutez votre commentaire ici, or trackback de votre propre site. Vous pouvez aussi inscrivez vous à ces commentaires par fil RSS.

Soyez gentil. Keep it clean. Stay on topic. No spam.

Vous pouvez utiliser ces tags:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

blog.