Exposition « Vintage Spirit » de Thomas Saliot au Kechmara, du 20 septembre au 31 décembre 2011
20 septembre 2011 – 16 h 04 min | Un commentaire

Le café restaurant branché de Marrakech propose une nouvelle exposition jusqu’à la fin de l’année 2011, celle, dédiée au pop art, du peintre français Thomas Saliot.
Le travail contemporain de cet artiste s’inspire de ses voyages, de l’homme …

Lire l‚article en entier »
Atlantique Sud

Agadir, Tiznit, Sidi-Ifni, Tan-Tan, Dakhla

Casablanca, Rabat …

Casablanca, Rabat, Salé, Mohammedia

Côte Atlantique

Essaouira, Safi, Oualidia, El-Jadida

Haut-Atlas

Oukaïmeden, Toubkal, Ourika …

Marrakech

La ville a été fondée en 1069 par Youssef Ibn Tachfin, premier roi de la dynastie des Almoravides

Moyen-Atlas

Fès, Meknès

Nord du Maroc

Tanger, Asilah, Larache, Tétouan, Chefchaouen, Oujda

Sud du Maroc

Ouarzazate, le désert et l’Anti-Atlas

Home » Maroc

La fête de « Boujloud » …

Publié par le 16 avril 2010 – 14 h 39 minUn commentaire
La fête de « Boujloud » …

Chaque année, 7 jours après la fête du sacrifice, l’Aïd Al Adha, les régions du sud du Maroc célèbrent le Boujloud (l’homme qui porte la peau),  appelé aussi Bou-l-Btayn ou Bilmawen en amazigh, Herrma ou Chouiekh (diminutif du Cheikh, le vieillard).

A l’origine, au lendemain du jour du Sacrifice, un homme se couvrait de peaux fraîches de moutons ou de chèvres munies de leurs sabots, se parait d’un collier de coquilles d’escargots,  le visage peint en noir couvert des cornes de l’animal, et mettait en valeur ses attributs sexuels, notamment représentés par des aubergines.

Les Boujloud mettaient en scène des personnages tels que le vieillard, le cadi, l’âne, le voleur, l’officier français … et parodiaient la justice, la politique ou la religion. Ces réunions ont été interdites par les autorités coloniales, et remises en cause après l’indépendance au nom de la morale.

Aujourd’hui, pendant les 3 jours de fête, les hommes défilent dans les ruelles, recouverts de peaux de moutons, de chèvres, de vaches, et maquillés de noir.

Le seul moyen d’échapper aux « coups » de ces Boujloud, armés de pattes de mouton, est de leur donner de l’argent, des œufs, du sucre, du blé ou de la viande … ou de s’enfuir en courant …

L’apparition des Boujloud se fait dans un mélange de peur et de joie.

En fin de journée, hommes, femmes et enfants accompagnent les Boujloud vers les places des villes et villages où la fête se prolonge au rythme des tambours et des danses (un des principaux accès des médinas de Fès et de Marrakech en ont gardé le nom, Bab-Boujloud).

C’est le soir du troisième jour que l’argent récolté par les Boujloud sert à offrir à tous les habitants une grande fête de clôture.

Un commentaire »

  • PatDef dit :

    Bonjour,

    La première fois où j’ai vu ces hommes habillés de peaux de bêtes, c’était il y a une dizaine d’années entre Taliouine et Tazenakht en fin de journée ………..
    Ne sachant de quoi il retournait, je peux vous dire que j’ai remonté les vitres de la voiture et mis les portières en « sécurité enfant » pensant ma dernière heure était arrivée !
    Lorsque cela m’arrive maintenant, je leur donne quelques Dirhams pour les remercier de préserver cette partie de leur patrimoine culturel.
    @+

Laisser un commentaire!

Ajoutez votre commentaire ici, or trackback de votre propre site. Vous pouvez aussi inscrivez vous à ces commentaires par fil RSS.

Soyez gentil. Keep it clean. Stay on topic. No spam.

Vous pouvez utiliser ces tags:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

blog.